J’ai fait tout ce qu’il fallait

Parce que quand il faut, il faut !

Même si tout est faux.

Aujourd’hui j’ai tout fait

Parce que j’étouffais !

J’avais tellement chaud

Que faire m’a donné de l’air.

L’air concentré j’ai tout fait faux

Faute de pouvoir faire encore

Je me suis dit… fais ta

Fainéante, écris !

Je crie, j’écris, je crie famine

Et, mes mots s’imaginent

Trouver un sens

dans le non sens de mon existence !